A QUOI SERT UN PENIS ?

La première réponse qui peut venir à l’esprit est : RIEN! Mais à la réflexion, la sensibilité de l’objet et la relation étroite qu’il entretient avec la pensée, peuvent amener à en faire un lieu privilégié de peine et de contrainte. De moquerie, de contrôle, de douleur et de punitions. On peut même tenir l’objet en captivité afin d’en détenir la clé.

Ce contenu a été publié dans AVA Swan. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.